Le 17 mars, journée unitaire et interprofessionnelle de mobilisation pour l’augmentation des salaires !

Le 17 mars, journée unitaire et interprofessionnelle de mobilisation pour l’augmentation des salaires !

Les quelques

 

mesures que le gouvernement déclenche, opportunément à quelques semaines d’une élection politique importante ou celles qu’il a prises sous la contrainte de la crise sanitaire (comme le Ségur de la Santé par exemple), ne peuvent faire oublier son vrai bilan…
Rien n’a été fait pour conforter, augmenter, revaloriser les rémunérations des agent-es de la fonction publique.
Si ces mesures de dernière minute sont bienvenues tant le pouvoir d’achat de toutes et tous est impacté par l’inflation galopante, elles n’effacent pas la réalité d’une politique orientée contre les rémunérations des personnels de la fonction publique…lire le tract FSU

GRÈVE DU 27 JANVIER 2022

GRÈVE DU 27 JANVIER 2022

POUR DES AUGMENTATIONS IMMEDIATES ET GENERALES DES SALAIRES.

TOUTES ET TOUS EN GREVE, LE JEUDI 27 JANVIER 2022

A Mayotte, alors que l’inflation a repris à un rythme plus soutenu et que le gel du point d’indice est maintenu, que la crise de recrutement s’intensifie en cette période de pandémie dans un contexte de violence et d’isolement, le MEN continue à tergiverser sur les mesures d’augmentation indemnitaire et plus largement le pouvoir exécutif a annoncé sa volonté de ne procéder à aucune augmentation des salaires avant l’élection présidentielle.

Cette situation est totalement inacceptable. Les organisations CGT, FO, FSU et Solidaires des trois versants de la fonction publique ne céderont rien sur leurs légitimes revendications en matière de rémunération. 

Plus globalement, elles continuent d’agir en faveur de la défense des missions publiques : l’amélioration des conditions de travail et la création d’emplois. Elles appellent l’ensemble des agentes et des agents de la Fonction publique à participer à la journée de mobilisation unitaire interprofessionnelle du 27 janvier.

En refusant toute réelle négociation, c’est le gouvernement qui porte l’entière responsabilité du blocage actuel. Pour :

➢ Hausse de l’indexation pour toutes les agentes et tous les agents de la fonction publique (au minimum à 1,53.)

➢ Instauration de l’ASA (Avantage Spécifique d’Ancienneté) dans l’ensemble du département de Mayotte

➢ Versement d’une ISG par agent et non par couple, sans pénalité en cas de départ anticipé.

➢ Pour les agents du rectorat, évolution de l’indemnité de remboursement partiel de

loyer (IRPL) vers le taux le plus élevé servi par les autres ministères.

➢ Instauration de l’IRCANTEC (cotisation retraite) pour les contractuels.

➢ Prise en compte de l’ancienneté générale de services (AGS) pour les anciens fonctionnaires de la collectivité.

En grève et dans l’action jeudi 13 janvier: face à la crise sanitaire,respecter les personnels, donner à l’Ecole les moyens de fonctionner

En grève et dans l’action jeudi 13 janvier

https://lesite.snepfsu.fr/a-la-une/en-greve-et-dans-laction-jeudi-13-janvier/ 

Face à la crise sanitaire, respecter les personnels, donner à l’Ecole les moyens de fonctionner !

Depuis la rentrée de janvier, l’épuisement et l’exaspération de toute la communauté éducative atteignent un niveau inédit. La responsabilité du ministre et du gouvernement dans cette situation chaotique est totale du fait de changements de pied incessants, de protocoles intenables et d’absence de moyens donnés pour assurer le fonctionnement de l’Education. Malgré une amplification jamais vue de l’épidémie, l’École ne bénéficie pas de l’organisation protectrice qui serait nécessaire pour assurer la sécurité des élèves, des personnels et de leurs familles. Les retours au compte- gouttes des élèves générant des aménagements pédagogiques rendent difficiles les conditions d’apprentissage. Pénurie des remplacements, gestion des tests et des absences des élèves dégradent fortement les conditions de travail.

Pourtant les écoles, collèges et lycées doivent avoir les moyens de fonctionner en toute sécurité. Sur le terrain, les collègues se mobilisent d’ores et déjà pour demander que l’Ecole soit respectée et ont décidé de poursuivre la semaine prochaine dans de nombreux endroits. Les fédérations de l’Éducation nationale FSU, UNSA, FO, CGT Educ’action, SNALC, SNE, SUD Education, la fédération de parents d’élèves FCPE, les organisations lycéennes MNL, La Voix Lycéenne, la FIDL, appellent l’ensemble des personnels à se mettre en grève et l’ensemble de la communauté éducative à se mobiliser jeudi 13 janvier pour faire entendre leur colère et obtenir une politique cohérente de protection et de prévention à la hauteur des enjeux sanitaires, scolaires et sociaux.

Cela passe par une autre gestion de l’épidémie à l’École avec les moyens et les protections pour faire face à la crise en élaborant un protocole viable et qui ne mette pas en difficulté les personnels sur la gestion des cas positifs, des cas contacts et des campagnes de tests préventifs, en dotant d’équipements de protection les personnels, les écoles et les établissements et en attribuant les moyens humains nécessaires notamment par la création de postes via les listes complémentaires tout en programmant dès maintenant un collectif budgétaire.

Violences et Insécurité en EPS à Mayotte

Nous constatons cette année une dégradation rapide des conditions de sécurité sur les installations extérieures aux établissements tant dans leur nombres que dans la gravité des faits. 

Que ce soit pendant les cours d’EPS ou même lors des rencontres UNSS la situation est plus que préoccupante sur toute l’île et nécessite une réponse institutionnelle et des mesures urgentes. 

Le SNEP-FSU Mayotte soutenu par le SNEP FSU national a souhaité réagir face à ce constat par une lettre au ministre : 

http://www.snepfsu-mayotte.net/wp-content/uploads/2021/11/lettre-ministre.pdf

 

La semaine de l’EPS a lieu du 15 au 19 novembre 2021

La semaine de l'EPS 2021

La semaine de l’EPS a lieu du 15 au 19 novembre 2021. A cette occasion le SNEP souhaite promouvoir la pratique sportive des jeunes et milite pour que les élèves bénéficient de 4 heures d’EPS durant toute leur scolarité.

 

Cette avancée permettrait de répondre aux problématiques de sédentarité des jeunes mais aussi de favoriser la continuité pédagogique.

A Mayotte, l’idée est donc durant cette semaine de mettre en avant les pratiques sportives en EPS.

Nous invitons les enseignants à envoyer au SNEP des photos caractérisant les cours d’EPS, à savoir de l’action, des émotions et des échanges !

Vous pouvez nous envoyer les photos à l’adresse suivante : snep.cosecretaires@gmail.com 

Ces photos seront téléchargées sur notre site snepfsu-Mayotte. Si elles sont de bonne qualité nous pourrions éventuellement élire les plus explicites au regard de nos conditions de travail (difficiles ou plaisantes).

MERCI D’AVANCE POUR VOTRE PARTICIPATION.

Notre profession est en danger, il est urgent de réagir !

Nous aimons notre métier et il est temps de le montrer et de le partager. L’EPS est central dans l’éducation des jeunes, malheureusement nous sommes les seuls à le savoir …  Alors communiquons !

GREVE DU 23 SEPTEMBRE

GREVE DU 23 SEPTEMBRE 2021

Aux collègues syndiqués, nouvellement syndiqués et non syndiqués

 

Nous avons réactivé le site du snepfsu Mayotte, nous essaierons le plus possible de vous informer sur nos actions envers le rectorat, commissions mixtes, sujets débattus, compte rendus, communiqués de presse, appels à la grève, …

 

Sachez que le SNEP-FSU est porteur de perspectives, d’actions communes, de solidarités… qui constituent un horizon d’espoir dans le contexte actuel. Entrons « dans le jeu » pour agir (et améliorer le métier) et ne pas subir (les dégradations et la résignation) peut porter ses fruits. Nous savons que beaucoup de collègues se questionnent sur leur avenir dans l’EN et sur le métier, le Snep est à leur écoute.

 

Sur Mayotte, un avis de grève à été déposé par la FSU  pour ce 23 septembre. Vous pouvez trouver, en annexe à ce courrier, le communiqué de presse relatif à nos revendications

 

salutations militantes

ISG des NEO TITULAIRES sept.2019

Une victoire du SNEP-FSU et du SNES-FSU

Une lutte syndicale et juridique de long terme menée par le SNEP-FSU.

L’ISG est versée en Guyane depuis 2014. Dès 2015, le SNEP-FSU apprenait que le recteur de Guyane avait décidé de ne pas verser d’ISG à des collègues d’EPS néo-titulaires. Le SNEP s’est immédiatement engagé à tous les niveaux et a apporté l’aide juridique de notre avocat commun aux collègues affectés par cette mesure.

Le SNEP et le SNES sont intervenus conjointement au ministère de la fonction publique en mai 2016 pour demander une autre lecture du décret ; en effet nous avons toujours estimé que les deux années d’affectation demandées étaient exigibles entre deux séjours en territoire à ISG et non un préalable au premier séjour. En 2016, nous attendions donc une modification du décret visant à imposer le versement de l’ISG aux néo-titulaires d’autant que la possibilité de verser l’ISG aux stagiaires rendait absurde d’en priver les néo-titulaires. De manière incompréhensible, le décret de décembre 2016 n’a pas donné satisfaction sur ce point.

A Mayotte, la poursuite de cette lutte par le SNES et le SNEP :

A Mayotte ce n’est qu’à la rentrée 2017 que l’ISG a commencé à être généralisée. A la rentrée 2018, le vice-rectorat décidait de ne plus verser l’ISG aux néo-titulaires. Nous avons réagi sans délai en dénonçant cette mesure publiquement et en demandant par courrier au vice-recteur de l’époque le rétablissement de cette indemnité pour les néo-titulaires. A chaque réunion d’instance et avec les autorités du vice-rectorat, nous sommes revenus sur cette question en soulevant l’inanité de cette décision particulièrement dans le contexte de déficit d’attractivité que connait Mayotte.

Lors de la première rencontre avec l’actuel vice-recteur le 12 juillet, nous l’avons saisi de cette affaire alors qu’il venait tout juste d’arriver sur le département. Le SNES après avoir entamé une démarche contentieuse avec son service action juridique a finalement décidé de diriger nos collègues adhérents vers notre avocat commun qui avait connu un premier succès au tribunal administratif de Cayenne. L’aboutissement juridique d’un combat mené par nos deux syndicats Aujourd’hui la cour administrative d’appel (CAA) de Bordeaux par un arrêt en date du 25 juin dernier a validé la position de nos deux syndicats et a donné raison à notre avocat qui a gagné ce combat.

Faute d’appel devant le conseil d’Etat dans un délai de deux mois de la part du MEN, il apparait qu’il se résout à reconnaitre le droit des néo-titulaires à percevoir l’ISG. Cet aboutissement confirme que nous avions raison de continuer sans relâche cette lutte et d’orienter les dizaines de syndiqués-es qui nous ont sollicité, vers notre avocat.

Nos collègues néo-titulaires ont pu, peuvent et pourront donc compter sur l’engagement conjoint et concerté de nos deux syndicats pour qu’ils soient rétablis dans leur droit. Ce combat a pu être mené grâce à nos syndiqués-es. Qu’ils en soient remerciés.

Nous invitons les néo-titulaires à adhérer au SNES et au SNEP pour le suivi de leur situation personnelle.

Nous tiendrons informés la profession de l’évolution du dossier.

indemnités, décrêt de 96, IE, ISG …?

-plusieurs régimes avancent en même temps :

2012 : ancien statut avec IE pendant 4 ans, puis 4 ans d’IE dégressive

2013 : ancien statut avec IE pendant 4 ans, puis 4 ans d’IE dégressive

                  en septembre 2017, certains collègues arrivés en 2013 n’ont toujours pas touché leur indexation à 40 % !!

2014 : 4 ans d’IE dégressive + indexation 10-20-30-40

2015 : 4 ans d’IE dégressive + indexation 20-30-40

2016 : 4 ans d’IE dégressive + indexation 30-40

2017 : 4 ans d’ISG + indexation 40 % (à partir de 2017, les nouveaux arrivants ne touchent plus d’IE dégressive)

2018 : 4 ans d’ISG + indexation 40 %

2019 : 4 ans d’ISG + indexation 40 %

2020 : 4 ans d’ISG + indexation 40 %

2021 : 4 ans d’ISG + indexation 40 % et plus personne , mêmes dans les anciens, ne touche d’IE dégressive